2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 14:56

 

 9782258086449.jpgLe vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire, Jonas Jonasson

Il y a des livres qui vous captivent dès les premières pages et qu’on a envie de dévorer. C’est justement le cas de ce livre qui ait actuellement un tabac en Suède ; en effet, ce livre est le premier roman du journaliste suédois Jonas Jonasson et est en train d’être traduit dans dix-huit pay.

Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire, c’est Allan Karlsson qui est dans une maison de retraite et dont laquelle maison organise une fête pour son centième anniversaire. Mais Allan Karlsson n’a rien d’un centenaire ordinaire et décide de faire la belle. De là, démarre une histoire rocambolesque qui va mettre en échec les policiers suédois.

Mais attention car une histoire peut en cacher une autre et le livre raconte aussi l’histoire de la vie exceptionnelle d’Allan Karlsson qui est tout aussi rocambolesque. Une vie déjantée et incroyable qui lui fera rencontrer plusieurs présidents américains, Franco, Mao, Staline, Brejnev, Einstein et même de Gaulle durant les événements de mai 1968. Allan, cet incroyable optimiste, ne refuse jamais son aide aux grands de ce monde…

 

On ne vous en dit pas plus. C’est un condensé d’imagination et d’humour qui donne à cette double histoire une saveur aussi touchante qu’amusante.

Merci à notre ami Jean qui a eu la bonne idée de nous offrir ce livre !

Partager cet article

Published by parisblognote - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

lulu 19/04/2012

Salut,
Tu sais pourquoi sur la couverture, Allan Karlson est déguisé en cochon ?

jean 06/05/2012

Non Lulu . pourquoi ?

Catherine Carena-Barrier 22/05/2012

Chers Olivia et Geoffroy,
J'ai lu ce livre et l'ai d'ailleurs mis dans un de mes groupes de lecture. J'aime son côté décalé voire déjanté. Ce livre ne manquera pas d'en surprendre certains. Il est pour moi une leçon de
géopolitique originale. La marche du monde tient souvent à peu de chose ! Si vous aimez Jonas Josasson. Vous aimerez sans doute Arto Paasilinna. Je vous conseille "La douce empoisonneuse". Je vous
embrasse Catherine

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog